Menu Fermer

Avortement en France : un pas de plus a-t-il été franchi ?

Dans une lettre datant du 23 avril dernier, le ministre de la Santé Olivier Véran indique explicitement  qu’en cas de recours tardif à l’avortement, c’est-à-dire au-delà de 12 semaines de grossesse, les médecins pourront désormais utiliser “la détresse psychosociale” comme motif d’avortement, si celle-ci met en péril la santé de la mère ! 
Franceinfo, qui relaie l’information, précise que par ce courrier, Olivier Véran répondait à plusieurs associations – comme le Planning familial – et une dizaine de parlementaires dont la sénatrice PS Laurence Rossignol, qui réclamaient un allongement du délai légal en passant de 14 à 16 semaines d’aménorrhée, comme cela a été fait récemment pour les avortements médicamenteux.

L’objectif avancé par le ministre d la Santé est d’offrir un peu de « souplesse » pour « s’assurer que toutes les femmes puissent trouver une solution d’accès à l’IVG durant cette période » de confinement. Quel merveilleux prétexte ce confinement, pour faire passer des lois ignobles !

Sarah Durocher, co-présidente du Planning familial, ose se plaindre : actuellement, déplore-t-elle,  « nos partenaires associatifs et professionnels de santé font le constat que les centres d’avortement sont vides ». Alors que chaque année, « 220 000 avortements sont pratiqués en France », ajoute-t-elle.

Quant à la question de l’allongement du délai légal de l’avortement réclamé par les mêmes associations,  Olivier Véran se dit « sensible »à ce « sujet de société » mais l’estime  « trop important pour être traité dans l’urgence ».

La Haute autorité de la Santé avait déjà donné son feu vert à l’allongement du délai des avortements médicamenteux de sept à neuf semaines d’aménorrhée, et la possibilité pour les médecins et les sages-femmes de les prescrire et de les suivre en téléconsultation.

Ce n’est que partie remise pour ce qui concerne l’allongement du délai de l’avortement en général…

Photo pixabay.com

                                                                                         Adèle Cottereau

Source : https://www.francetvinfo.fr/sante/maladie/coronavirus/info-franceinfo-confinement-la-detresse-psychosociale-retenue-comme-motif-divg-par-aspiration-en-cas-de-demande-tardive_3933995.html

Recommandés pour vous