Menu Fermer

Argentine : le candidat à la présidentielle Alberto Fernandez en faveur de l’avortement

Actuellement, l’avortement reste un crime punissable en Argentine, sauf en cas de viol, si la vie ou la santé de la mère est en danger ou si la femme souffre d’un handicap mental. 
En début août dernier, après un long débat, le Sénat argentin a voté contre la légalisation de l’avortement malgré le vote précédent de la Chambre basse des députés argentins en faveur de la nouvelle loi.

Une victoire en faveur de la vie qui risque d’être de courte durée puisque le candidat à la présidentielle argentine Alberto Fernández, qui a remporté la victoire aux primaires du pays le 12 août, a déclaré qu’il “décriminaliserait et légaliserait” l’avortement s’il était élu en octobre. 

Lors d’un entretien à Net TV en Argentine, Fernandez a annoncé son intention d’introduire rapidement la libéralisation de l’avortement dans la république sud-américaine.

Il a ainsi affirmé : « J’ai pris la décision politique de décriminaliser et de légaliser l’avortement parce que je ne veux pas qu’une femme de plus meure. Premièrement, il doit être décriminalisé pour mettre fin à l’avortement clandestin. Nous ne devons pas ignorer ce qui se passe. C’est un problème de santé publique. »

Fernández et son vice-président, l’ancienne présidente Cristina Kirchner, ont remporté la course des primaires et sont devenus candidats du parti « El Frente de todos » (le Front de tous), un parti de gauche dont les antécédents dans le mouvement péroniste ont été hérités du dictateur des années 1940, Juan Peron. 

La seule enquête menée par une agence indépendante (Celag) a révélé que M. Fernandez menait Macri avec 42,5% contre 33,5% d’intentions de votes. 

Si les résultats des primaires de ce 12 août se reproduisaient lors de la présidentielle du 27 octobre, M. Fernandez, 60 ans, serait proclamé vainqueur dès le premier tour, puisque selon la loi électorale argentine il suffit pour cela d’obtenir au moins 45 % des suffrages, ou bien 40 % et une avance de dix points sur le candidat arrivé deuxième.

Ce qui serait réellement un drame pour le combat en faveur de la vie dès la conception dans ce grand pays d’Amérique du Sud.

                             Adèle Cottereau

https://www.lifesitenews.com/news/argentinas-rising-leftist-presidential-candidate-vows-to-legalize-abortion

Photo casa Rosada httpswww.flickr.comphotosdavidstanleytravel16118771027

Recommandés pour vous